ATELIER D’ECRITURE

Atelier d’écriture ou l’Arts de la plume autour d’Annie
au sein des ateliers d’arts plastiques d’Epinay sur Seinedsc_0878

Autour d’Annie Riera, les adhérents exercent l’art de la plume, l’art du mot, de la forme ou du silence. Ce cours est dispensé dans le cadre des Ateliers d’Arts Plastiques d’Epinay sur Seine.

 

 

 

 

 

 

Pour le gout et les yeux découvrez en quelque lignes :

—————————————————————————————————————

Dimanche 25 janvier 2015 Rémi de Naffa

MA BOUTEILLE A LA MER

Toi qui viens d’ouvrir cette bouteille échouée par hasard sur cette plage, je vais te dire un grand secret : apprends à lire, apprends à écrire et garde en permanence sur toi un carnet et un crayon. Et ….un canif pour tailler ton crayon…. une gomme pour corriger un mot sur la page.

Le crayon est l’arme absolue pour faire triompher la liberté et la justice entre les hommes. Prends en un, deux, trois, mille et bardes-en ton corps et ton esprit pour autant d’explosifs prêts à dynamiter les idées obscures, les haines sanglantes et fratricides, les jalousies féroces, les pouvoirs étouffants et meurtriers et les injustices flagrantes. Cuirassé ainsi tu n’auras plus peur malgré les assassins.

Un crayon, ce n’est pas plus gros qu’une balle mais sa puissance dépasse celle d’une bombe nucléaire et d’un tsunami réunis.

Un crayon c’est l’espoir qui renaît, l’esprit qui s’organise, s’envole et se libère, les idées qui s’éclairent, l’amour qui ressuscite. Un crayon en action c’est la victoire de la vie sur la mort.

Un crayon qui court sur une petite feuille de papier redonne à l’esprit l’envie d’émanciper ses frères.

Cours chercher un crayon et oppose-toi de toutes tes forces à ces « bâtisseurs de ruines ».

La haine et le fanatisme ne viendront jamais à bout de la Raison.

 

————————————————————————————————————

A

A me fait penser instantanément à ce qui touche en profondeur le cœur des hommes à savoir

Le mot AMOUR.

Quel éblouissement! Quelle émotion! Quelle sensation quand ce mot-là vous colle à la peau

Et qu’on le prononce du bout des lèvres impalpable, mais omniprésent.

Il ne s’agit pas seulement de l’amour entre une femme et un homme mais aussi de l’amour

Universel celui de la planète entière.

Celui aussi de la nature, l’amour de l’art dans sa diversité, l’amour de la musique avec autant de compositeurs dans ses plus grandes expressions lyriques et classiques, l’amour de l’esthétisme dans les œuvres picturales ou sculpturales, enfin l’amour de l’enfant qui retient toutes les attentions et les ébahissements des adultes, et puis l’amour du silence pour éprouver la profondeur et la sensation de la vie qui nous échappe à chaque instant dans un souffle.

C

Le C comme le cœur, organe vital qui génère la VIE conduisant pas à pas les sentiments les plus généreux ou les plus barbares.

Le cœur quand il est vaillant, qui se dépasse et qui séduit, qui déborde d’indulgence, de sensations étranges, d’influences diverses.

Le cœur qui se donne quand l’amour vient frapper à sa porte.

Le cœur qui avoue ses penchants pour l’amitié et la fraternité.

Le cœur qui s’indigne quand le malheur le frappe sans ménagement.

Le cœur qui s’invente des histoires de prince charmant pour les belles princesses aux cœurs tendres.

Le cœur qui ne cesse de battre par vagues successives de soupirs et d’éclats de tendresses.

Bref, ce cœur-là dont on ne cesse de s’éprendre quand la passion le dévore jusqu’à le perdre dans les dédales de la vie.

Frédéric Joly